2002 - L'Express 03. Juni

Montag, 03 Juni 2002
Nicolas Huber
0.0/5 Bewertung (0 Stimmen)

Vent délirant venu d'Argovie

Journée cantonale Retournant avec humour les clichés attachés à leur canton, les Argoviens ont ajouté encore un peu de chaleur à ce lumineux week-end. Avec un humour décapant et beaucoup de générosité, les Argoviens ont fêté, samedi à Neuchâtel, leur journée cantonale à Expo.02.

Vent délirant venu d'Argovie

Journée cantonale Retournant avec humour les clichés attachés à leur canton, les Argoviens ont ajouté encore un peu de chaleur à ce lumineux week-end.

Avec un humour décapant et beaucoup de générosité, les Argoviens ont fêté, samedi à Neuchâtel, leur journée cantonale à Expo.02. En tournant en dérision les clichés scotchés à leur canton - pays des autoroutes et des embouteillages. Après un cortège qui annonçait la couleur (voir encadré), les plus de 700 participants à l'événement ont lancé leur feu d'artifice: sur une Piazza transformé en arène, a débuté un surprenant ballet. Sous les yeux d'une foule compacte, deux pelles mécaniques se sont livré à une parade nuptiale drôlissime, mimant la timidité, esquissant un premier baiser… Engins Mécaniques en guise d'acteurs, panneaux de la circulation, lampes de chantier et cônes de signalisation comme décor: les Argoviens ont fait de cette route qui les stigmatise le thème de leur journée. Même les embouteillages ont été mis en scène, par construction d'un vaste labyrinthe à l'aide de barrières et de panneaux. «Nous voulons montrer qu'il n'y a pas que cela dans notre canton», explique Hans-Peter Zuber, l'un des responsables. «Et que nous savons très bien rire de nous-mêmes!»

Enfants et politiques

Outre les concerts variés qui se sont succédé jusqu'à tard dans la nuit, les Argoviens n'ont pas oublié de présenter qui ils étaient. Une mission confiée notamment à des écoliers d'une classe de 2e primaire, timidement retranchés derrière de petits stands d'informations peints de leurs mains. Les politiques se sont aussi mouillés: tout visiteur pouvait s'inscrire pour aller faire une balade en pédalo avec l'un des 39 députés qui avainet accepté de jouer le jeu. «L'accueil est formidable!», s'exclame Peter Müller, président du Grand Conseil argovien. «Cette journée est une belle réussite. Mais nous devrons revenir, quand nous aurons plus de temps pour visiter les expositions!»

Cortège (d)étonnant

Dix heures du matin, samedi. Derrière l'église rouge de Neuchâtel, des dizaines de gens s'activent dans un joyeux désordre. Une pelle mécanique, portant une cloche, s'est placée en tête du cortège. Un quart d'heure plus tard, la voilà qui s'ébranle, gagne l'avenue du 1er-Mars en entraînant une joyeuse cohorte. Majorettes, fanfare, dames en costume traditionnel noir, camion du Département argovien des travaux publics transportant toute une équipe de percussionistes, char campagnard sur lequel des hommes battent le blé, chevaux, enfants portant un cône de signalisation routière sur la tête, cyclistes du Vélo Club Thierstein (Anm. des Webmasters: Velo-Moto-Club Schupfart) en costume d'époque, hommes dansant avec leurs cors des Alpes sur l'épaule… Le tout encadré par des faux ouvriers de la route et de vrais policiers argoviens: voilà un cortège dont les couleurs étaient aussi détonnantes qu'étonnantes. Le long de l'avenue, le public clairsemé et franchement amusé regarde passer tout ce petit monde. Sur l'arteplage, changement de décor: la foule fait un triomphe au défilé argovien: belle entrée en matière pour une journée qui ne s'essouflera pas.

Artikel teilen

Artikel Hits

3673